vendredi 8 mars 2019

L'esprit absorbant de l'enfant

Suite à un cadeau d'une de mes collègues je me replonge dans la lecture de ces livres qui ont changé ma vision de l'éducation et de l'enfant.

Extrait du livre "L'esprit absorbant de l'enfant" de Maria Montessori p.131

"Avec cette activité qui n'a pas en soit de fins extérieures, le petit enfant s'exerce à coordonner ses propres mouvements et se prépare à imiter certaines actions."


"Considérons l'enfant de deux ans et sa nécessité de marcher. Il est naturel qu'il soit tenté de marcher; en lui se prépare l'homme, et toutes les facultés humaines essentielles doivent se former. Un enfant de deux ans peut facilement parcourir deux à trois kilomètres et grimper s'il en a envie; les passages difficiles qu'il rencontrera le long du chemin constitueront pour lui les éléments intéressants. Il faut se rendre compte que la marche a pour l'enfant une signification bien différente de celle que nous lui donnons. L'idée qu'il ne peut pas accomplir un grand chemin est due à notre prétention de le faire marcher à notre allure, et c'est aussi absurde que si nous voulions courir auprès d'un cheval, jusqu'à ce que, nous voyant hors d'haleine, il nous dise:"Cela ne sert à rien, montez en croupe, et nous arriverons ensemble là-bas"....

"Les habitudes des enfants sont comparables à celles des premières tribus de la terre. On ne disait pas alors "allons à Paris", d'ailleurs Paris n'existait pas; on ne disait pas "nous allons prendre le train pour...", il n'y avait pas de trains. L'homme marchait jusqu'à ce qu'il ait trouvé quelque chose qui l'attire et qui l'intéresse : une forêt où prendre son bois, un champ où il pourrait trouver du fourrage, et ainsi de suite. C'est de cette façon naturelle que procède le petit enfant. L'instinct de se mouvoir dans son milieu, en passant d'une découverte à l'autre, fait partie de sa nature même et de l'éducation: l'éducation doit considérer l'enfant qui se promène comme un explorateur."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire